SIMTECH LIVE-PROD
SIMTECH LIVE-PROD
SIMTECH LIVE-PROD
SIMTECH LIVE-PROD

arpt_guinee
arpt_guineeDans le bras de fer entre L’Union des radios et télévisions libres de Guinée (URTELGUI) et l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (ARPT), le pire n’aura donc pas été évité. Les négociations n’ont manifestement pas abouti. Et le lundi 5 septembre, des huissiers escortés par des gendarmes , se sont rendus sur les sites d’un certain nombre de radios privées de la capitale guinéenne, pour procéder à leurs fermetures purement et simplement. Une situation que l’association des médias audiovisuels indépendants guinéens, s’est bien entendu précipitée de dénoncer et de regretter. En ce mardi matin, les auditeurs l’auront certainement remarqué. Nostalgie Guinée, Djigui FM, Gangan FM, entre autres n’ont pas pu être captées. Ces radios ont été contraintes de “la fermer” par le ministère de la télécommunication via l’ARPT. Les menaces de cette instance auront ainsi été mises à exécution…

En effet, il faut rappeler que depuis un certain temps, les responsables des médias audiovisuels privés étaient en négociation avec l’ARPT. L’objet de ces tractations portait sur les redevances que les radios et télévisions privées, se devaient de payer à l’Etat guinéen. Bien que jugeant la démarche de l’instance en charge de la régulation des postes et télécommunications fondée, les responsables des médias incriminés avaient néanmoins sollicité une certaine souplesse exceptionnelle, pouvant se traduire soit par une baisse des redevances, soit par un allégement des échéances.

La raison de cette doléance, l’URTELGUI la trouvait dans la conjoncture économique que la Guinée a traversée ces trois dernières années. Pour les patrons des radios et télévisions privées, ce contexte économique des plus difficiles n’aurait pas permis de faire des recettes pouvant leur permettre d’honorer leurs engagements vis-à-vis de l’Etat.

Avec la mesure de fermeture qui vient de tomber comme un couperet, on sait désormais que les arguments n’ont pas convaincu. Mais au-delà de ces explications, il ressort de certaines indiscrétions qu’au sein de l’ARPT et plus globalement du département des postes et télécommunications, tout le monde ne serait pas guidé par l’unique souci de restaurer l’Etat dans ses droits. Certains membres voudraient bien mettre cette occasion à profit pour s’en mettre plein les poches.

C’est ainsi que certaines radios auraient reçu des factures avec des montants largement au dessus de ce qu’elles doivent. De même, on peut se poser des questions à propos des redevances des radios dites communautaires pour lesquelles, les taxes ont été brusquement élevées de 2 à 20 millions de GNF, alors que le ministère de l’information et le CNC n’auraient pas été associés. Le deal se serait effectué uniquement entre le ministère de l’économie et des finances et celui des postes et télécommunications.

Quelque soit la motivation qui sous-tend l’acharnement de l’ARPT contre les médias audiovisuels privés, cette dernière aura bénéficié du climat délétère, qui semble en vigueur au sein de l’URTELGUI. En fait, derrière l’unité de façade que cette association voudrait afficher, il régnerait entre les membres une suspicion diffuse et insidieuse. Certains manqueraient de franchise et d’honnêteté envers les autres. C’est ainsi qu’en dépit de l’option d’une défense commune et concertée, quelques responsables de radios seraient déjà aller s’acquitter de leurs redevances en catimini. Espérant ainsi profiter de l’écartement d’une station concurrente, quand elle sera fermée. Avec de telles attitudes, il sera plutôt difficile à l’URTELGUI de se faire entendre.Vrai ou faux ? GCI suit pour vous.

Mais dans ce contexte de crise et de rupture entre l’URTELGUI et l’ARPT, c’est davantage le silence du CNC qui est troublant. Cette institution qui fait habituellement montre d’une certaine promptitude quand il s’agit de dénoncer et sanctionner ce qu’elle se plait bien d’appeler « les dérives médiatiques », devrait se pencher sur les médias qui crient au secours !

Maimouna Fofana

[readon1 url=”http://www.guineeconakry.info”]Source :guineeconakry.info [/readon1]

Laisser un commentaire