SIMTECH LIVE-PROD
SIMTECH LIVE-PROD
SIMTECH LIVE-PROD
SIMTECH LIVE-PROD

rdc_arptc
rdc_arptcDeux grandes annonces ont sanctionné le point de presse d’Africell Congo tenu par Me Mbayo, un des avocats conseils d’Africell. Le premier a porté sur le 1 million d’abonnés que compte Africell. Le second point a été question de la réaction d’Africell sur la déclaration du porte-parole
des opérateurs des télécoms au sortir d’une réunion avec le ministre de tutelle Triphon Kin-Kiey Mulumba. Réunion à laquelle Africell a été exclu, selon Me Mbayo. L’annonce avait été faite le samedi 2 février dernier par Me Mbayo au siège Administratif de l’Entreprise à la Gombe.
Ayant atteint l’étape d’un million d’abonnés des détenteurs des cartes sims Africell. «Le dernier né de la téléphonie en Rd-Congo souhaite à ce que les autorités mettent tous en oeuvre pour que la législation soit mise en pratique pour créer les bonnes conditions de concurrence pour tous», a déclaré Me Mbayo d’Africell au cours dudit point de presse. Toujours dans la même logique, Me Mbayo estime que les opérateurs de la téléphonie existant, refusent l’application de la décision n° 064/ARPTC/CLG/2001 portant fixation des objectifs de performances et des qualités qui doivent être respecté par les opérateurs de la téléphonie en Rd-Congo. Il poursuivi pour dire que ladite décision exige à ce que le taux de la réussite des appels de chacun des opérateurs soit supérieur à 97 pc. «Et qu’en deçà de ce taux, l’opérateur paie des amandes à l’Etat», a signalé Me Mbayo. Il a aussi rappelé qu’à défaut d’appliquer les sanctions prévues par la décision portant sur les objectifs de performance, une mesure conservatoire avait été prise prise sous la décision n°28/ARPTC/CL/2012, pour une année soit valable du 1 avril au 31 mars de l’année en cours. «La décision a comme intérêt de permettre aux opérateurs de la téléphonie, alors récalcitrants de paramétrer leurs réseaux suivant les exigences de qualité de ladite décision», a-t-il souligné. Dans ce chapelet des décisions fixé par le régulateur l’ARPTC, Me Mbayo affirme qu’Africell Congo innove avec le système de sharing site (colocation) et cela amène une nouvelle intelligence que le régulateur est entrain de formaliser en concertation avec tous les opérateurs. Par rapport à cette nouvelle donne, Africell demande aux autorités de bien lire la loi en la matière.
Pour ce qui est de l’interconnexion, l’avocat conseil exige du Gouvernement central, de ce fait à l’autorité de tutelle de lui assurer l’interconnexion avec d’autres opérateurs de la téléphonie mobile opérant en Rd-Congo, enfin d’assurer un service de qualité à ses abonnées conformément à la décision 064/ ARPTC/CLG/2011 et à la décision N/F 1136/MLP/MS/2012 du 10 novembre 2012, loi qui cadre sur l’interconnexion.
Le deuxième volet de l’annonce porte sur la clarification de la déclaration du 31 janvier dernier qui selon, le rappel des faits que l’ARPTC avait lancé le mardi 28 janvier dernier, une invitation à tous les opérateurs de la téléphonie cellulaire opérant en Rd-Congo. Une invitation pour une réunion portant sur les coûts de l’interconnexion et la libéralisation des prix de la communication comme partout au monde. Une fois que la délégation d’Africell a foulé le pied au siège de l’ARPTC pour rehausser de sa présence, ces derniers ont appris du directeur de l’institution de régulation Romain Ciza que la réunion venait d’être reportée et que les opérateurs de la téléphonie ont été avisés du report par un mail. « Mais le mail qu’Africell n’a pas reçu », a éclaircit Me Mbayo. Pour lui, Africell avait donc été écarté de la rencontre de l’ARPTC par les cartels de quatre opérateurs de la téléphonie. Selon lui, ces quatre opérateurs refusent de donner l’interconnexion à Africell. «Et pourtant, c’est un droit», a-t-il renchéri.

Il a corroboré aussi que les quatre opérateurs qui se sont retrouvés dans le cabinet du ministre cherchent à créer des manoeuvres dilatoires pour nuire à l’image d’Africell.

 

«Le dernier né dans le monde de la téléphonie rd-congolaise, Africell. «Africell doit mettre au test technique et dans l’impératif d’améliorer sa situation Administrative. Et qu’il est appelé à s’intégrer aux règles des quatre autres géants du secteur des télécoms», propos lâchés par le porte-parole du cartel de quatre opérateurs Jean Léon Bonnechère, Directeur général d’Orange au sortir de la réunion avec le ministre Tryphon Kin-Kiey Mulumba. Propos qu’Africell qualifie de contre-vérité et de néocolonialisme par son Avocat conseil. « Africell avait mis fin aux essaies techniques avec soixante et huit milles (68.000) numéros des activités comme expliqué dans nos correspondances avec l’ARPTC.

 

A ce jour, deux mois après le lancement de ses activités, Africell compte un (1) million d’abonnés qui ont choisi de cheminer avec celle-ci », laisse entendre Me Mbayo. Pour conclure, Africell interpelle le ministre de tutelle pour y remédier à la situation. «Au regard de l’évolution de la situation, le ministre de tutelle et même le président de la république sont interpellés afin de permettre à Africell d’oeuvrer dans des conditions analogues que d’autres opérateurs du secteur des télécoms», a-t-il conclut.

 

YVES BUYA

Source: http://www.7sur7.cd

Laisser un commentaire